2.2 C
Paris
dimanche 4 décembre 2022
0,00 €

Votre panier est vide.

- Publicité -spot_img

AB SCIENCE : HABEMUS DELICTUM !

(BiotechFinances n° 976 du lundi 21 février 2022) Le 11 février dernier, l’Agence France-Presse (AFP) communiquait « Lourdes amendes contre la biotech AB Sciences et son patron ». Surprise ! Etions-nous face au premier véritable scandale financier d’envergure, d’une industrie biotechnologique française ? Allons-nous à l’instar de la biotech US vivre quelques scandales bien racoleurs comme l’affaire Waskal-ImClone-Stewart, ou encore Martin Shkreli ?

Pour l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) : aucun doute, puisqu’elle a requis des amendes d’un montant total de 6 M€ à l’encontre de la société AB Science, de son président fondateur et d’un conseiller financier. L’Autorité reprocherait à la société un défaut d’information aux investisseurs, entre le rendu de l’avis négatif du CHMP en avril 2017 et la communication de l’information en mai 2017. Tout cela à cause d’une réunion qui s’est tenue le 7 mars 2017 entre AB Science et l’Agence Européenne du Médicament (EMA). Selon l’AMF, à l’issue de cette rencontre, l’opinion de l’EMA aurait été faite et donc la société aurait dû (grâce à un don de double vue) comprendre que l’affaire était « pliée » et en avisait ses investisseurs. Heureusement ou malheureusement selon l’endroit où l’on se place, AB Science a levé des fonds durant cette période grâce à deux tours de financement respectivement 15, puis 19 M€ auprès d’investisseurs normalement accoutumés au risque (avisés dans le langage de l’AMF).

Mais dans le même temps, par souci de bienvenue, certains investisseurs en profitaient pour faire de la place aux nouveaux venus, en empochant une partie du loyer. C’est pourquoi l’AMF réclame 3 millions au PDG d’AB Science et 2 millions à un conseiller financier. Voilà un geste d’hospitalité bien cher payé. Trêves de plaisanteries. Certes, l’affaire a les couleurs, l’odeur et le gout d’un délit d’initié, mais soulève tout de même des questions. Tout d’abord, le 7 mars 2017, l’EMA est-elle allée trop loin dans ses explications ou a-t-elle donné des clés pour comprendre sa décision future ? Serait-elle sortie de son rôle d’arbitre ? Sinon, l’entreprise en communiquant un peu tardivement à l’heure des réseaux sociaux et fuites en tout genre a certainement manqué à son devoir. Mais, le risque d’un avis négatif d’une instance réglementaire est à notre opinion, une composante intrinsèque du développement de médicaments fussent-ils des biologiques ou de petites molécules et donc les investisseurs qui s’intéressent au secteur se doivent de l’intégrer.

Ainsi donc si la société a le sentiment que la réponse pourrait être négative doit-elle dans un élan de … (que je laisse au lecteur le soin de qualifier) refuser les fonds au prétexte que cela a des chances, non négligeables, de mal se passer. Il nous semble tout de même un peu difficile de mettre dans le même panier un délit d’initié apparemment avéré et l’appréciation du risque d’investissement. En effet, la venue d’investisseurs sur certains dossiers de biotechnologie est souvent lié aux espoirs de gains consubstantiels au niveau de risque. Disqualifier cette opportunité pourrait s’avérer dangereux pour notre secteur.

Les articles

Hypertension artérielle pulmonaire : Alsymo veut lever 4 à 5 M€

Créée début septembre, Alsymo ambitionne de proposer un nouvel actif pour un traitement transformant de l’HTAP, centré sur les mécanismes de remodelage vasculaire pulmonaire....

Radiothérapie Flash & Souveraineté sanitaire 

Il est rare que l’Edito Eco de France Inter évoque les avancées biomédicales ou encore les nouvelles thérapies. Aussi qu’elle ne fut pas notre...

Ibionext crée un « top-up fund » pour muscler ses start-ups

Le fonds d’investissement français Ibionext, cofondateur des 6 sociétés de santé dans lesquelles il est impliqué, annonce la création de ce qu’il appelle un...

JEITO CONFIRME SA THÈSE AVEC NEOGENE VENDUE 320 M$ À ASTRAZENECA

La belle nouvelle est tombée en milieu de semaine pour les équipes de Rafaèle Tordjmann. AstraZeneca acquiert la néerlandaise Neogene pour un montant total...

Deeptech : Biomemory, 5 M€ pour des teraoctets à foison

C’est une pépite dans le stockage de données dans l’ADN. La deeptech francilienne Biomemory créée voici un peu plus d’un an vient d’annoncer cette...

Sensome parée pour les premières ventes

Déjà 30 patients recrutés dans son essai clinique dont le démarrage a eu lieu en plein covid en Australie qui doit en inclure 100...

L’essentiel de la semaine du 28 novembre au 2 décembre 2022

Monde           L’Américaine iECURE boucle un tour A-1 de 65 M$ codirigé par Novo Holdings et LYFE Capital avec une participation importante des historiques Versant Ventures...

MEDSENIC, BIOSENIC : L’ESSENTIEL, C’EST LE PATIENT

Le reverse merger opéré entre Medsenic et Bone Therapeutics qui devient BioSenic consolide le déploiement d’une phase 2 « ALLOB » dans le traitement...

On refait l’actu des Healthtechs avec Sabine Dandiguian – Épisode 2

Soyez prêts à partager une vision inspirante de l’actualité en santé et à explorer la planète healthtech à travers le regard particulier d’une investisseuse...

15h Biotech Express

Sparing Vision, MedinCell

Sparing Vision avance. Ce  spécialiste de la thérapie génique en ophtalmologie a obtenu l’autorisation de conduire son premier essai clinique avec SPVN06, aux Etats-Unis....

AC Immune, Janssen pharmaceuticals, Sensome, Sensorion, iEcure

Un pas de plus contre alzheimer. La biotech suisse AC Immune (ACIU) et Janssen Pharmaceuticals s'entendent sur la sélection pour un développement ultérieur du...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page