2.2 C
Paris
dimanche 4 décembre 2022
0,00 €

Votre panier est vide.

- Publicité -spot_img

APMONIA THERAPEUTICS À LA VITESSE EXTRACELLULAIRE

(BiotechFinances n°975 lundi 14 février 2022) Il faut s’attendre à un tour A qui devrait totaliser 16 à 20 M€ dont une partie en non-dilutif dans 18 à 24 mois pour financer une phase 1. Mais d’ici-là, Apmonia Therapeutics, basée à Reims, dispose de quelque 5,3 M€ collectés en décembre dernier. La Fondation Fournier Majoie, Capital Grand Est, Finovam Gestion et le réseau Angel Santé ont contribué pour 4M€. Le solde est constitué de subventions diverses et d’apports de Bpifrance en prêt. L’entreprise qui a pris son envol en 2020 est la toute première biotech thérapeutique essaimée depuis l’Unité Mixte de Recherche MEDyC de l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Elle s’attaque aux tumeurs solides et notamment le cancer de l’ovaire – une indication rare pour laquelle elle espère décrocher un fast-track. Elle utilisera sur cet axe thérapeutique un peptide (TAX2) agissant comme un modulateur du microenvironnement tumoral, en reprogrammant les tumeurs vascularisées qui deviennent peu angiogéniques, et en activant les cellules immunitaires. En ciblant TSP-1, la technologie développée par Apmonia Therapeutics empêche CD47 d’exercer son potentiel pro-tumoral et permet de restaurer une réponse immunitaire anti-tumorale.

Plusieurs indications visées

« Notre candidat est optimisé. Nous avons non seulement de nombreuses preuves de concept dans des modèles animaux avec une très large couverture en termes d’efficacité mais aussi beaucoup de données pharmacologiques et pharmacocinétiques » confie Albin Jeanne, Pdg d’Apmonia Therapeutics. « Le tour de table doit nous emmener jusqu’aux portes du premier essai clinique pour notre candidat médicament AP-01 et permettre de poursuivre le développement de notre plateforme avec d’autres cibles et des applications potentielles dans différentes pathologies », ajoute-t-il.

Au cours de l’année 2022, plusieurs jalons de valeurs sont attendus. L’entreprise veut développer un premier lot non-GMP de son candidat médicament AP-01 pour alimenter ses programmes de toxicité règlementaire et en parallèle finaliser toute la R&D non clinique. La production des lots cliniques est envisagée d’ici 15 mois à deux ans. « Notre essai concernera plusieurs types de tumeurs solides avec un focus prioritaire dans le cancer de l’ovaire » précise Albin Jeanne. « Nous devrions mener par la suite un essai multicentrique en France et en Belgique. » Déjà en piste pour son prochain tour de table, Apmonia Therapeutics est partie à la rencontre d’investisseurs en Europe et prochainement aux Etats-Unis. Les perspectives sur ce plan sont plutôt porteuses, l’approche peptidique a toujours été source d’intérêt pour l’industrie pharmaceutique et le déploiement d’une plateforme multicibles a, aujourd’hui, les faveurs de nombre d’investisseurs.


Le cancer de l’ovaire

En France, 5 200 nouveaux cas / an (Estimation 2018 / Source InfoCancer)

Aux Etats-Unis, 21 410  nouveaux cas / an (Chiffres 2021 / Source Surveillance Epidemiology and End Results – (SEER) USA)

Dans le monde, 300 000  nouveaux cas / an (Estimation 2018 – source Medscape)

Les articles

Hypertension artérielle pulmonaire : Alsymo veut lever 4 à 5 M€

Créée début septembre, Alsymo ambitionne de proposer un nouvel actif pour un traitement transformant de l’HTAP, centré sur les mécanismes de remodelage vasculaire pulmonaire....

Radiothérapie Flash & Souveraineté sanitaire 

Il est rare que l’Edito Eco de France Inter évoque les avancées biomédicales ou encore les nouvelles thérapies. Aussi qu’elle ne fut pas notre...

Ibionext crée un « top-up fund » pour muscler ses start-ups

Le fonds d’investissement français Ibionext, cofondateur des 6 sociétés de santé dans lesquelles il est impliqué, annonce la création de ce qu’il appelle un...

JEITO CONFIRME SA THÈSE AVEC NEOGENE VENDUE 320 M$ À ASTRAZENECA

La belle nouvelle est tombée en milieu de semaine pour les équipes de Rafaèle Tordjmann. AstraZeneca acquiert la néerlandaise Neogene pour un montant total...

Deeptech : Biomemory, 5 M€ pour des teraoctets à foison

C’est une pépite dans le stockage de données dans l’ADN. La deeptech francilienne Biomemory créée voici un peu plus d’un an vient d’annoncer cette...

Sensome parée pour les premières ventes

Déjà 30 patients recrutés dans son essai clinique dont le démarrage a eu lieu en plein covid en Australie qui doit en inclure 100...

L’essentiel de la semaine du 28 novembre au 2 décembre 2022

Monde           L’Américaine iECURE boucle un tour A-1 de 65 M$ codirigé par Novo Holdings et LYFE Capital avec une participation importante des historiques Versant Ventures...

MEDSENIC, BIOSENIC : L’ESSENTIEL, C’EST LE PATIENT

Le reverse merger opéré entre Medsenic et Bone Therapeutics qui devient BioSenic consolide le déploiement d’une phase 2 « ALLOB » dans le traitement...

On refait l’actu des Healthtechs avec Sabine Dandiguian – Épisode 2

Soyez prêts à partager une vision inspirante de l’actualité en santé et à explorer la planète healthtech à travers le regard particulier d’une investisseuse...

15h Biotech Express

Sparing Vision, MedinCell

Sparing Vision avance. Ce  spécialiste de la thérapie génique en ophtalmologie a obtenu l’autorisation de conduire son premier essai clinique avec SPVN06, aux Etats-Unis....

AC Immune, Janssen pharmaceuticals, Sensome, Sensorion, iEcure

Un pas de plus contre alzheimer. La biotech suisse AC Immune (ACIU) et Janssen Pharmaceuticals s'entendent sur la sélection pour un développement ultérieur du...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page