5.2 C
Paris
dimanche 25 février 2024
0,00 €

Votre panier est vide.

- Publicité -spot_img

APMONIA THERAPEUTICS À LA VITESSE EXTRACELLULAIRE

(BiotechFinances n°975 lundi 14 février 2022) Il faut s’attendre à un tour A qui devrait totaliser 16 à 20 M€ dont une partie en non-dilutif dans 18 à 24 mois pour financer une phase 1. Mais d’ici-là, Apmonia Therapeutics, basée à Reims, dispose de quelque 5,3 M€ collectés en décembre dernier. La Fondation Fournier Majoie, Capital Grand Est, Finovam Gestion et le réseau Angel Santé ont contribué pour 4M€. Le solde est constitué de subventions diverses et d’apports de Bpifrance en prêt. L’entreprise qui a pris son envol en 2020 est la toute première biotech thérapeutique essaimée depuis l’Unité Mixte de Recherche MEDyC de l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Elle s’attaque aux tumeurs solides et notamment le cancer de l’ovaire – une indication rare pour laquelle elle espère décrocher un fast-track. Elle utilisera sur cet axe thérapeutique un peptide (TAX2) agissant comme un modulateur du microenvironnement tumoral, en reprogrammant les tumeurs vascularisées qui deviennent peu angiogéniques, et en activant les cellules immunitaires. En ciblant TSP-1, la technologie développée par Apmonia Therapeutics empêche CD47 d’exercer son potentiel pro-tumoral et permet de restaurer une réponse immunitaire anti-tumorale.

Plusieurs indications visées

« Notre candidat est optimisé. Nous avons non seulement de nombreuses preuves de concept dans des modèles animaux avec une très large couverture en termes d’efficacité mais aussi beaucoup de données pharmacologiques et pharmacocinétiques » confie Albin Jeanne, Pdg d’Apmonia Therapeutics. « Le tour de table doit nous emmener jusqu’aux portes du premier essai clinique pour notre candidat médicament AP-01 et permettre de poursuivre le développement de notre plateforme avec d’autres cibles et des applications potentielles dans différentes pathologies », ajoute-t-il.

Au cours de l’année 2022, plusieurs jalons de valeurs sont attendus. L’entreprise veut développer un premier lot non-GMP de son candidat médicament AP-01 pour alimenter ses programmes de toxicité règlementaire et en parallèle finaliser toute la R&D non clinique. La production des lots cliniques est envisagée d’ici 15 mois à deux ans. « Notre essai concernera plusieurs types de tumeurs solides avec un focus prioritaire dans le cancer de l’ovaire » précise Albin Jeanne. « Nous devrions mener par la suite un essai multicentrique en France et en Belgique. » Déjà en piste pour son prochain tour de table, Apmonia Therapeutics est partie à la rencontre d’investisseurs en Europe et prochainement aux Etats-Unis. Les perspectives sur ce plan sont plutôt porteuses, l’approche peptidique a toujours été source d’intérêt pour l’industrie pharmaceutique et le déploiement d’une plateforme multicibles a, aujourd’hui, les faveurs de nombre d’investisseurs.


Le cancer de l’ovaire

En France, 5 200 nouveaux cas / an (Estimation 2018 / Source InfoCancer)

Aux Etats-Unis, 21 410  nouveaux cas / an (Chiffres 2021 / Source Surveillance Epidemiology and End Results – (SEER) USA)

Dans le monde, 300 000  nouveaux cas / an (Estimation 2018 – source Medscape)

Les articles

Aduhelm : Biogen jette l’éponge

La nouvelle, nous a tous un peu surpris. Biogen a décidé d’arrêter non seulement la production et donc la commercialisation de l’Aduhelm, mais aussi...

OXURION RENAÎT DE SES CENDRES

Atlas Special Opportunities et le nouveau CEO d’Oxurion Pascal Ghoson (officiellement en poste depuis début 2024) ont mis en œuvre un plan stratégique pour...

ALZHEIMER ET COMMOTIONS : REGENLIFE EST EN TRAIN DE LEVER 5 À 6 M€

La medtech montpelliéraine qui développe des dispositifs médicaux utilisant la stimulation tri-photonique pour moduler l’inflammation cérébrale, responsable de troubles cognitifs allant de l’Alzheimer à...

SERENDIP DE LA VIGNE AU VACCIN ANTITUMORAL

La biotech strasbourgeoise créée mi-2023 valorise un système de délivrance, une particule pseudo-virale (VLP) non infectieuse dérivée d’un virus de la vigne. Par modification...

Communiqué Nosopharm

Nosopharm est une entreprise de biotechnologie créée en 2009. Nosopharm a découvert la nouvelle classe antibiotique des Odilorhabines par l’exploitation innovante d’une biodiversité microbienne sous...

BIOLOGIA MAXIMA POUR BIOPTIMUS !

« Il ne serait guère étonnant qu’en 2024, Bioptimus nous annonce d’énormes avancées et un nouveau tour conséquent. » D’emblée, Simon Turner, Partner chez Sofinnova partners,...

L’essentiel de la semaine du 19 au 23 février 2024

Monde          (États-Unis/Biotech/Maladies infectieuses) - Sur la base d'un avis positif émis par l'Agence européenne des médicaments, la Commission européenne accorde la désignation de médicament...

GLIOBLASTOME : 3 CONTRE 1

Trois entrepreneurs, trois entreprises, trois approches thérapeutiques différentes, un seul objectif : vaincre le glioblastome. BiotechFinances vous convie pour un webinaire exceptionnel qui réunira pour...

ALYS : le Starlink de l’immuno-dermatologie entre en orbite

Comment ne pas faire le rapprochement ? Alys dont le lancement a été annoncé cette semaine et qui bénéficie d’un financement de 100 M$, abondé dans...

15h Biotech Express

Arcturus Therapeutics, Ori, HighLife

(États-Unis/Biotech/Maladies infectieuses) - Sur la base d'un avis positif émis par l'Agence européenne des médicaments, la Commission européenne accorde la désignation de médicament orphelin...

Phaxiam Therapeutics, MMI, Panakès Partners, Andera Partners

(Lyon/Biotech/Antibiorésistance) - Phaxiam Therapeutics (PHXM), issue de la fusion d’Erytech et de Pherecydes pharma, notifie officiellement au Nasdaq Stock Market son intention de retirer...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page

×