3.1 C
Paris
mardi 6 décembre 2022
0,00 €

Votre panier est vide.

- Publicité -spot_img

Bone Therapeutics, rien ne va plus !

La biotech belge, en difficulté financière, perd son équipe dirigeante au milieu d’un essai clinique de phase 2b évaluant sa thérapie cellulaire orthopédique.

Eviction. A l’heure où la biotech belge, à court de cash, est contrainte de couper ses budgets de recherche pour tenter de finaliser sa seule étude clinique, l’équipe de direction quitte le navire. Cette décision prise, selon toute vraisemblance, sous l’impulsion du board et de son charismatique président Jean Stéphenne, concerne d’abord Miguel Forte, le directeur général. Ses fidèles collaborateurs qui l’ont rejoint en 2020 à la tête de Bone Therapeutics : Anthony Ting, le directeur scientifique, Stefanos Theoharis, le directeur commercial et Lieve Creten, la directrice financière, partent avec lui. Ne subsistent finalement au sein du comité exécutif que deux membres : la directrice médicale et la directrice des opérations. Par ailleurs, les quatre administrateurs non exécutifs du conseil d’administration « ont accepté de suspendre leur rémunération pour le premier trimestre 2022 et ce jusqu’à nouvel ordre ».

Le signal ainsi envoyé ne rassure pas. Et sans surprise l’action de la biotech cotée sur Euronext Paris a chuté de 7% mardi avant de reprendre quelques couleurs durant la semaine. Il faut dire que la capitalisation boursière a déjà chuté de 80% en 6 mois et le niveau actuel, de 8 M€, ne reflète pas la valeur des actifs.

Un accord de licence qui tarde avec Link Health

Depuis l’échec d’une phase 3 en septembre 2021 avec son viscosupplément dans l’arthrose du genou, Bone Therapeutics évolue sur une pente glissante. Si l’activité s’est rapidement recentrée sur le développement de la plateforme de thérapie cellulaire Allob dans l’orthopédie, en revanche côté finances, la situation n’a pu s’assainir. Certes, la biotech a obtenu un prêt de 8 M€ de la BEI pour financer sa phase 2b avec Allob dans les fractures du tibia difficiles à cicatriser, mais cela ne suffira pas pour finaliser l’essai. Miguel Forte et son équipe tentent depuis l’automne de trouver des partenaires et/ou des investisseurs pour financer la suite des développements cliniques. Des discussions entamées fin 2021 avec Link Health Pharma en vue d’un partenariat mondial pour Allob – la pharma chinoise détient déjà la licence du produit pour l’Asie hors Chine où les droits appartiennent à Pregene – auraient dû déboucher sur la signature d’un accord au 1er trimestre 2022. « Les négociations avec l’un de nos partenaires chinois se poursuivent, mais prennent plus de temps qu’initialement prévu », a indiqué la société dans un communiqué, ajoutant que « la conclusion éventuelle d’un accord contractuel définitif a été repoussée » au second semestre. Certains investisseurs misent désormais sur un rachat plutôt qu’un partenariat.

Dans l’impasse financière

En attendant, la biotech disposait fin décembre d’une trésorerie de 9,5 M€, lui assurant une visibilité financière jusqu’au 3e trimestre 2022. La réduction des coûts administratifs et l’arrêt de « toutes les activités liées au développement de la plateforme préclinique de thérapie cellulaire et génique CSMi ainsi que les autres activités non liées à Allob », devraient lui permettre de tenir un peu plus longtemps. Peut-être même jusqu‘aux résultats de l’essai de phase 2b attendus au premier trimestre 2023. D’ici-là en l’absence de newsflow, Bone Therapeutics aura du mal à se financer. L’avenir demeure d’autant plus incertain qu’« un retard dans l’obtention de ces résultats ne peut cependant être exclu à ce jour », a prévenu la biotech.

Les articles

Hypertension artérielle pulmonaire : Alsymo veut lever 4 à 5 M€

Créée début septembre, Alsymo ambitionne de proposer un nouvel actif pour un traitement transformant de l’HTAP, centré sur les mécanismes de remodelage vasculaire pulmonaire....

Radiothérapie Flash & Souveraineté sanitaire 

Il est rare que l’Edito Eco de France Inter évoque les avancées biomédicales ou encore les nouvelles thérapies. Aussi qu’elle ne fut pas notre...

Ibionext crée un « top-up fund » pour muscler ses start-ups

Le fonds d’investissement français Ibionext, cofondateur des 6 sociétés de santé dans lesquelles il est impliqué, annonce la création de ce qu’il appelle un...

JEITO CONFIRME SA THÈSE AVEC NEOGENE VENDUE 320 M$ À ASTRAZENECA

La belle nouvelle est tombée en milieu de semaine pour les équipes de Rafaèle Tordjmann. AstraZeneca acquiert la néerlandaise Neogene pour un montant total...

Deeptech : Biomemory, 5 M€ pour des teraoctets à foison

C’est une pépite dans le stockage de données dans l’ADN. La deeptech francilienne Biomemory créée voici un peu plus d’un an vient d’annoncer cette...

Sensome parée pour les premières ventes

Déjà 30 patients recrutés dans son essai clinique dont le démarrage a eu lieu en plein covid en Australie qui doit en inclure 100...

L’essentiel de la semaine du 28 novembre au 2 décembre 2022

Monde           L’Américaine iECURE boucle un tour A-1 de 65 M$ codirigé par Novo Holdings et LYFE Capital avec une participation importante des historiques Versant Ventures...

MEDSENIC, BIOSENIC : L’ESSENTIEL, C’EST LE PATIENT

Le reverse merger opéré entre Medsenic et Bone Therapeutics qui devient BioSenic consolide le déploiement d’une phase 2 « ALLOB » dans le traitement...

On refait l’actu des Healthtechs avec Sabine Dandiguian – Épisode 2

Soyez prêts à partager une vision inspirante de l’actualité en santé et à explorer la planète healthtech à travers le regard particulier d’une investisseuse...

15h Biotech Express

Abscint, Noshaq, Qbic, Bactobio, Biocom, Vaxxel

A Liège, Abscint lève 1M€. Le tour est piloté par Noshaq et Qbic, soutenus par UZ Brussel et rejoints par les nouveaux investisseurs Kazoku...

Sparing Vision, MedinCell

Sparing Vision avance. Ce  spécialiste de la thérapie génique en ophtalmologie a obtenu l’autorisation de conduire son premier essai clinique avec SPVN06, aux Etats-Unis....

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page