20.1 C
Paris
dimanche 24 septembre 2023
0,00 €

Votre panier est vide.

- Publicité -spot_img

CAPITAL-RISQUE : LA E-SANTE PLUS ATTRACTIVE QUE LA BIOTECH

(BIOTECHFINANCES N°986 Lundi 9 mai 2022) Dans son baromètre trimestriel du capital-risque, le cabinet d’audit et de conseils EY observe une hausse de 11% des investissements en France dans la Healthtech, avec des montants significatifs pour la santé numérique.

Alors que le marché des introductions en bourse s’est refermé depuis l’automne, le venture a continué de jouer son rôle de financement des start-up en France. On peut même parler de boom au 1er trimestre 2022 ! Sur la période, et tous secteurs confondus, le montant des financements en capital-risque a en effet dépassé 5 Mds€, « ce qui représente une hausse de 156% par rapport à l’année précédente », souligne Franck Sebag, associé du cabinet EY et en charge du baromètre du capital-risque.

8 levées supérieures à 20 M€

Dans ce contexte porteur, la Tech et la Fintech explosent les compteurs de levées, mais les sciences de la vie en revanche reprennent un rythme modéré d’avant COVID. Sur les trois premiers mois de 2022 le montant global des financements alloués aux biotechs, medtechs et sociétés de e-santé augmente de 11% seulement pour atteindre 378 M€. Autre constat : il y a moins d’opérations – 26 contre 32 l’an dernier – mais elles sont plus conséquentes.

Dans le top 5 des tours du trimestre, un seul dépasse 50 M€. Il s’agit d’une levée de 80 M€ réalisée par Padoa, la plateforme collaborative de prévention santé au travail. Conduit par Five Arrows Growth Capital, le financement comprend un tiers de dette. De son côté, la medtech Companion Spine, spin off de l’américain Medtronic et spécialiste du rachis, signe le second plus gros deal du palmarès avec une série A de 48,50 M€ (1). Le tour made in USA est mené par les actionnaires fondateurs Viscogliosi Brothers et Medtronic. Enfin sur la 3e marche, Wandercraft, célèbre pour son exosquelette, lève 41 M€ auprès du fonds américain Quadrant Management et de Bpifrance. « Au total, le trimestre compte 8 levées supérieures à 20 M€, soit 3 de plus qu’en 2021, mais les montants restent limités. Il manque en fait une opération à 100 M€ comme celle d’eCential Robotics l’an dernier », commente Franck Sebag.

Les Life sciences moteur en Allemagne

« C’est aussi ce qui nous différencie de l’Allemagne », admet-il en précisant que « les tours sont plus significatifs Outre-Rhin. Chaque année, il y en a un ou deux compris entre 100 et 200 M€ ». Ainsi au 1er trimestre 2022, le plus important se monte à 191 M€. Il s’agit d’un investissement opéré par le fonds américain Warburg Pincus dans la medtech Meril. Au total, on dénombre dans la Healthtech allemande 23 opérations de capital-risque pour un montant cumulé de 460 M€. Ce qui traduit une hausse de 42% par rapport au 1er trimestre 2021. « Les life sciences surperforment les autres secteurs et représentent 16% des investissements trimestriels en capital-risque alors qu’en France c’est l’inverse et le segment ne pèse que 8% du total », note Franck Sebag. L’associé d’EY rappelle néanmoins que « l’hypercroissance au 1er trimestre en France des montants investis dans la Tech écrasent ceux réalisés dans la Healthtech. On pourrait aussi l’analyser comme une sous-performance de la Tech allemande… »

Mais qu’est-ce qui différencie aujourd’hui notre éco-système tech et healthtech ? « Les success story dans la FrenchTech sont juste incroyables avec 12 licornes de plus l’année dernière et 22 tours supérieurs à 100 M€ » s’enthousiasme Franck Sebag. « On a changé de dimension dans la Tech, pas encore dans la Biotech », conclut-il. Tout vient à point qui sait attendre…

(1) Lire BiotechFinances n°976 du 21 février 2022, « SERIE A DE 48,5 M€ POUR COMPANION SPINE DANS LE RACHIS »

Les articles

L’argent caché des universités

Nous ne pouvions décemment passer à côté de la charge que viennent de subir les universités françaises. En effet, lors d’une interview avec HugoDécrypte,...

Le « baby boom » de la fertilité

Depuis la première fécondation in vitro réussie, il y a quarante-cinq ans, les technologies de la procréation n’ont que relativement peu avancé par rapport...

AbolerIS Pharma déploie son first in class

Quatre ans après sa création, la biotech nantaise AbolerIS Pharma vient de boucler une levée de 27,3 M€. Cette enveloppe va lui permettre d’accélérer le...

Medtech : Etisense accélère aux États-Unis grâce à Harvard Bioscience

  La société spin-off de l'Université Grenoble Alpes commercialise un gilet connecté permettant de réduire le nombre d'animaux utilisés lors d'essais précliniques. C'est un tout...

L’essentiel de la semaine du 18 au 22 Septembre 2023

Monde           (Suisse/PharmaBiotech/Oncologie) - Debiopharm passe un accord exclusif d'option et de licence avec SunRock Biopharma en Espagne qui se consacre au développement d'anticorps ciblés...

OXFORD BIOMEDICA ABL EUROPE : LES FACETTES MULTIPLES D’UN ACCORD PROMETTEUR  

Thierry Van Nieuwenhove, CEO d’ABL Europe revient sur l’annonce de l’accord en cours qui devrait voir ABL Europe passer sous pavillon britannique après sa...

SHANGHAÏ, OR NOT SHANGHAÏ

Comme tous les ans, le 15 août, tombe avec une régularité de métronome le « classement de Shanghaï ». Cette coïncidence temporelle avec l’une des...

POUMON L’IA PRÉDIT JUSTE

Grâce à l’IA, la deeptech lyonnaise Novadiscovery, pionnière dans la simulation d'essais cliniques in silico grâce à sa plateforme “ Jinkō ” et les Hospices Civils...

PIERRE FABRE SE RENFORCE UN PEU PLUS CONTRE LE CANCER DU POUMON

Le troisième groupe pharmaceutique hexagonal annonce l'acquisition d'une biotech suisse dont l'anticorps monoclonal doit entrer en phase I l'an prochain. Les Laboratoires Pierre Fabre...

15h Biotech Express

Abcely

(Nantes/Biotech/Oncologie) – Abcely lève 2,4M€ en amorçage auprès de GO CAPITAL, d’Angels Santé, d’un important business angel non dévoilé, de l’Institut de Cancérologie de...

Oxford Biomedica, ABL Europe, France Biotech

(Grande-Bretagne/CDMO/Bioproduction) - Oxford Biomedica (OXB) veut reprendre les activités d’ABL Europe en vue de créer un CDMO de premier plan mondial en thérapie cellulaire...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page