dimanche 26 mai 2024

1073-27-05-2024

[ihc-hide-content ihc_mb_type="show" ihc_mb_who="4,5,6,7" ihc_mb_template="-1" ] [download id="207231"][/ihc-hide-content]
41,00 
0,00 €

Votre panier est vide.

ERYPHARM : SOUVERAINETÉ SANGUINE OBLIGE !?

(BIOTECHFINANCES N°984 Lundi 18 avril 2022) La biotech francilienne Erypharm est toujours à la recherche de fonds pour un tour A potentiel d’un montant de 25 M€. Créée en 2016 avec une enveloppe d’amorçage de 16,4 M€ apportés par le familly office belge Corely, l’entreprise compte produire industriellement et à grande échelle des globules rouges de culture (GRc) à partir de cellules souches hématopoïétiques humaines (CSH). Sur le carnet de route de cette biotech dont les travaux sont issus de recherches menées à Sorbonne Université et à l’Inserm, 2022 devait être l’année de la finalisation des études pré-cliniques pour confirmer la non-toxicité du produit. Les essais cliniques étaient pour leur part programmés en 2023 et la mise à disposition du produit pour les patients devait intervenir en 2030. Mais, pour l’heure, l’agenda est un peu chamboulé faute d’investisseurs à poches profondes prêts à s’engager dans l’aventure. Bpifrance pourrait suivre mais la banque n’interviendra potentiellement qu’en présence d’un VC providentiel. Les fonds initiaux ont été de leur côté consommés en grande partie pour développer un procédé optimisé et industrialisable, préparer les essais cliniques, rechercher un nouveau site, mener des études techniques, définir le protocole et développer le pilote.

Un modèle complexe

En l’absence de CDMO à même de produire les GRc pour le compte d’Erypharm, le cash recherché doit logiquement servir à la mise en place d’une unité de production intégrée pour un coût estimé à 10 M€. Le solde, 15 M€, viendra en soutien des phases précliniques et cliniques restantes en vue de la commercialisation. « Nous devons lever plusieurs verrous, » souligne Luc Douay – Président et directeur scientifique d’Erypharm. « Les investisseurs ne sont pas enclins à s’engager dans l’effort en immobilier et en matériel qu’exige notre développement. C’est hors de leur champ traditionnel d’intervention. Par ailleurs, le retour sur investissement leur semble trop tardif. » Au-delà, d’autres questionnements se profilent. Les options de sorties industrielles potentielles vers la big pharma sont limitées et la compétition sur le prix met le business model de l’entreprise sous pression. Au sein d’Eryrpharm, le coût de production au kilo de globules rouges de culture est estimé à 1 500 euros contre 200 euros environ pour le sang issu de transfusion sous contrôle de l’Etablissement français du sang. « Je peux comprendre les réticences des investisseurs privés, » reconnait Luc Douay. « Ceci dit, je pense qu’au regard des annonces de stratégies de santé publique, il ne serait pas inopportun que l’Etat finance les phases difficiles que nous devons affronter. »

L’urgence qui vient

Les globules rouges d’Erypharm auraient une espérance de vie de 120 jours, ceux issus des transfusions restent sous la barre des 30 jours. De surcroît les premiers sont homogènes et plus efficaces. Toujours selon les messages de l’entreprise, ils sont susceptibles de réduire le nombre de transfusions et les risques de complications infectieuses et immunologiques. Enfin, un don de cellules souches hématopoïétiques humaines permet à Erypharm de fabriquer une centaine de poches. « Si l’on mesure en coûts de transfusion et non en termes de coûts de production, les GRc présentent des avantages indéniables, » relève encore Luc Douay qui ajoute. « Il n’est pas dans notre objectif de remplacer les transfusions sanguines par les GRc mais notre solution permet de régler un certain nombre de problèmes connus pour les patients polytransfusés. » Une question qui risque de se poser avec davantage d’acuité dans le futur. « Notre population vieillit, ce qui signifie que l’incidence des maladies qui vont nécessiter une transfusion sanguine va augmenter » reprend Luc Douay qui pointe le gap à venir entre les donneurs et les receveurs potentiels. « Les pandémies et événements graves que nous vivons ne nous mettent pas non plus à l’abri du scenario catastrophe. » De quoi mettre en alerte les tenants de la souveraineté nationale en santé dans un contexte où la prévention semble prendre le pas sur la réaction.

S'abonner gratuitement au 15h Biotech Express :

Les articles

L’essentiel de la semaine du 20 au 24 mai 2024

Monde  (Suisse/Biotech/Obésité) - SixPeaks Bio sort du mode furtif avec un tour A de 30 M$ dirigé par l'investisseur fondateur Versant Ventures et une collaboration stratégique...

PHEON THERAPEUTICS SUR LA ROUTE DES ADC

La start-up britannique vient de réussir à lever 120 millions de dollars. Un montant conséquent qui lui permettra de poursuivre le développement de ses...

SANOFI : POUR QUI SONNE L’IA

Sanofi vient d’annoncer un partenariat avec deux firmes US, Formation Bio et surtout OpenAi, le développeur de ChatGPT, pour construire des logiciels afin d’accélérer...

JEITO, Hi BIO : TOUJOURS PLUS HAUT

Après le rachat fin 2022 de Neogene par AstraZeneca pour un montant de 320 M$ celui de Hi-BIO par Biogen pour 1,8 Md$ potentiels...

CEMENTIC : ÉRADIQUER LES BACTÉRIES EN DENTAIRE

Ce spécialiste des liposomes utilisés dans les ciments de comblement dentaire va lancer une étude clinique en 2025 avant de demander le marquage CE...

L’ASSOCIATION “TOUS EN SELLES CONTRE LA SLA” PARTENAIRE DE MAAT PHARMA POUR UN ESSAI CLINIQUE

L’association composée de patients atteints de la maladie de Charcot et de proches veut participer à développer les recherches sur les liens entre la...

BIOVENTURE BUILDING : IGNITER EUROPE ALLUME SES BOOSTERS

Après quasiment deux années d’opérations en mode furtif, Igniter Europe, co-dirigée par François Valencony et Venkat Reddy est entrée depuis peu dans la lumière....

Trois entrepreneurs, trois entreprises, trois approches thérapeutiques différentes, un seul objectif : vaincre l’AVC

BiotechFinances vous convie pour un webinaire exceptionnel qui réunira pour la première fois Gilles Avenard (CEO d’Acticor Biotech), Marc Dechamps (CEO de Bioxodes) et...

CANCER DU SEIN : EVEXTA BIO CHERCHE 35 M€ LA PHASE II DE SON FIRST-IN-CLASS

La biotech (ex-Diaccurate) a découvert un composé “exceptionnel” pour traiter le cancer du sein avancé, en particulier ceux avec des mutations de l’ESR1. Le...

15h Biotech Express

XGEN Venture, Allez Health, Gray Wolf Therapeutics, Radar Therapeutics

(Italie/Healthtech/Fonds) - XGEN Venture lance son premier fonds, XGEN Venture Life Science Fund, avec 160 M€ de souscriptions et un objectif de clôture à...

Biogen, HI-Bio, Jeito Capital, SixPeaks Bio, OSE Immunotherapeutics, Boehringer Ingelheim, En Carta Diagnostics

(États-Unis/Biotech/Maladies auto-immunes) – Biogen veut mettre la main sur Human Immunology Biosciences (HI-Bio) pour 1,8 Md$ avec un montant initial de 1,15 Md$ et...

Pheon Therapeutics, Progentos Therapeutics, Sanofi, Formation Bio, OpenAI, Valneva, ADDF, Coya Therapeutics, NFL biosciences

(Royaume-Uni/Biotech/ADC) - Pheon Therapeutics boucle un tour B de 120 M$  dirigé par TCGX suivi de BVF Partners, Lightspeed, Perceptive Advisors et des historiques...

GC Biopharma, Novel Pharma

(Corée du sud/Biotech/Sanfilippo) - GC Biopharma et Novel Pharma décrochent une IND de la FDA pour « GC1130A », un traitement qu’elles développent conjointement...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page

×