2.2 C
Paris
dimanche 4 décembre 2022
0,00 €

Votre panier est vide.

- Publicité -spot_img

ORPHALAN PART A LA CONQUETE DE L’OUEST

(BIOTECHFINANCES N°987 lundi 16 mai 2022) La FDA a approuvé le 2 mai dernier, Cuprior, un traitement d’entretien pour la maladie de Wilson. L’histoire d’une french success story qui s’exporte et d’un parcours commercial sans faute.

« On est très fier, tout cela n’a été rendu possible que par l’écosystème français de la recherche. » s’enthousiasme Naseem Amin, directeur général d’Orphalan. La société, spécialisée dans le développement de traitement pour maladies rares, voit son produit, déjà commercialisé en Europe sous le nom de Cuprior, traverser l’atlantique. Approuvé par la FDA comme traitement d’entretien en première intention pour les patients atteint de la maladie de Wilson, il contient de la Trientine, un principe actif chélateur de cuivre. À cause d’un gène défectueux, l’organisme des patients atteint par la maladie de Wilson, ne peut évacuer le cuivre des cellules, qui s’y accumule. Or, celui-ci est toxique, et peut entraîner des dommages principalement au niveau du foie, mais aussi du cerveau. Un traitement d’entretien contenant un autre chélateur de cuivre, la D-pénicillamine, est connu et utilisé exclusivement depuis plus de 70 ans en première intention. « Mais près de 25% des malades y développent à terme une intolérance, » précise Naseem Amin. La Trientine, découverte dans les années 1990 par l’AGEPS (Agence Générale des Équipements et Produits de Santé) à l’hôpital parisien Lariboisière, était alors proposée en seconde solution, mais sa conservation, nécessitant une température de 4°C, en compliquait la prise. « C’est là que se trouve notre contribution. Nous avons innové pour créer un traitement pouvant être conservé à température ambiante. Sachant que les patients doivent prendre le traitement deux à quatre fois par jour, c’est tout de même plus pratique. » explique Naseem Amin. Mais pour être approuvé par la FDA, Cuprior a dû faire ses preuves. C’est un essai clinique, nommé CHELATE, qui a permis de démontrer que la Trientine Tétrachlorhydrate (TETA 4HCI), était non-inférieur à la D-pénicillamine pour réduire le taux de cuivre dans le corps des patients.

Commercialisé en Europe depuis 5 ans

Un développement qui a coûté, de l’innovation à la commercialisation, près de 18 M€ à Orphalan. « Des fonds provenant en grande partie de nos deux principaux investisseurs, Bpifrance et Advent Life Sciences, mais également des revenus tirés de la commercialisation de Cuprior en Europe. » détaille Naseem Amin. Autorisé en 2017 par l’EMA, le traitement est commercialisé en Europe depuis un peu moins de 5 ans maintenant. Il n’y est cependant proposé qu’aux patients développant une intolérance à la D-pénicillamine. « La prochaine étape sera donc de faire autoriser Cuprior en première intention également en Europe. Mais pour cela, il nous faire d’autres essais clinique,» précise Naseem Amin. Une ouverture en première intention qui permettrait d’étendre le marché européen, pour le moment restreint aux 25% de patients intolérants à la D-pénicillamine. Ces essais cliniques pourront s’appuyer sur le registre international de la maladie de Wilson, parrainé par Orphalan et déployé ces derniers mois dans plusieurs pays d’Europe dont la France.

Son objectif : récolter des données de vie réelle sur l’histoire naturelle du traitement en documentant la pratique clinique et les expériences des patients. Ces data pourront servir dans le cas d’études épidémiologiques, comparatives, ou encore pour identifier les participants de futurs essais cliniques. « C’est tout récent, le premier patient inscrit est prévu pour le mois de juin 2022. » confie Omar Camille Kamlin, directeur médical principal d’Orphalan.

Discussions de prix en cours aux Etats-Unis

Poursuivre l’innovation, voilà le principal objectif de la société. « Nous avons pour but de développer et de commercialiser des traitements pour le plus grand nombre de maladies rares possibles, mais, pour cela, il nous faut être rentable, » tempère le directeur général. Une rentabilité qui sous-tend un prix sur le marché élevé au vu de l’important investissement de départ. La maladie de Wilson étant une maladie rare, on dénombre environ 5 000 malades en Europe et tout autant aux État-Unis. « On estime cependant que seule la moitié des cas réels sont diagnostiqués comme tels. » précise Naseem Amin. Des conditions qui entraînent un prix élevé du produit.  En France, hors honoraires de dispensation, il est de 2 827,10 € pour 150 mg. Aux État-Unis, les discussions avec les différentes assurances sont encore en cours indique Orphalan.

Les articles

Hypertension artérielle pulmonaire : Alsymo veut lever 4 à 5 M€

Créée début septembre, Alsymo ambitionne de proposer un nouvel actif pour un traitement transformant de l’HTAP, centré sur les mécanismes de remodelage vasculaire pulmonaire....

Radiothérapie Flash & Souveraineté sanitaire 

Il est rare que l’Edito Eco de France Inter évoque les avancées biomédicales ou encore les nouvelles thérapies. Aussi qu’elle ne fut pas notre...

Ibionext crée un « top-up fund » pour muscler ses start-ups

Le fonds d’investissement français Ibionext, cofondateur des 6 sociétés de santé dans lesquelles il est impliqué, annonce la création de ce qu’il appelle un...

JEITO CONFIRME SA THÈSE AVEC NEOGENE VENDUE 320 M$ À ASTRAZENECA

La belle nouvelle est tombée en milieu de semaine pour les équipes de Rafaèle Tordjmann. AstraZeneca acquiert la néerlandaise Neogene pour un montant total...

Deeptech : Biomemory, 5 M€ pour des teraoctets à foison

C’est une pépite dans le stockage de données dans l’ADN. La deeptech francilienne Biomemory créée voici un peu plus d’un an vient d’annoncer cette...

Sensome parée pour les premières ventes

Déjà 30 patients recrutés dans son essai clinique dont le démarrage a eu lieu en plein covid en Australie qui doit en inclure 100...

L’essentiel de la semaine du 28 novembre au 2 décembre 2022

Monde           L’Américaine iECURE boucle un tour A-1 de 65 M$ codirigé par Novo Holdings et LYFE Capital avec une participation importante des historiques Versant Ventures...

MEDSENIC, BIOSENIC : L’ESSENTIEL, C’EST LE PATIENT

Le reverse merger opéré entre Medsenic et Bone Therapeutics qui devient BioSenic consolide le déploiement d’une phase 2 « ALLOB » dans le traitement...

On refait l’actu des Healthtechs avec Sabine Dandiguian – Épisode 2

Soyez prêts à partager une vision inspirante de l’actualité en santé et à explorer la planète healthtech à travers le regard particulier d’une investisseuse...

15h Biotech Express

Sparing Vision, MedinCell

Sparing Vision avance. Ce  spécialiste de la thérapie génique en ophtalmologie a obtenu l’autorisation de conduire son premier essai clinique avec SPVN06, aux Etats-Unis....

AC Immune, Janssen pharmaceuticals, Sensome, Sensorion, iEcure

Un pas de plus contre alzheimer. La biotech suisse AC Immune (ACIU) et Janssen Pharmaceuticals s'entendent sur la sélection pour un développement ultérieur du...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page