3.8 C
Paris
dimanche 4 décembre 2022
0,00 €

Votre panier est vide.

- Publicité -spot_img

SeaBeLife veut débloquer 8,6M€ pour bloquer la nécrose cellulaire

La jeune biotech bretonne SeaBeLife compte creuser l’écart en développant des candidats médicaments destinés à bloquer la nécrose cellulaire dans les pathologies aiguës du foie et du rein et au-delà pour les maladies neurodégénératives et oculaires. Elle a déjà levé 2,5 M€ en capital et aides financières depuis sa création en 2019 et elle vient de collecter 1,37 M€ dans le cadre du plan deeptech auprès de Bpifrance, dont 959 K€ en avances récupérables et 411 K€ en subventions. Le montant total sera libéré en trois étapes. Le premier tiers a été délivré à la signature de la transaction. Une seconde tranche sera versée fin 2022 mais elle est conditionnée à des milestones techniques et à une levée de fonds d’un minimum de 3M€ pour l’entreprise. Et enfin, le dernier versement sera effectué en fin de programme prévu en mai 2024. « Nous sommes déjà en piste pour une levée de fonds de 8,6 M€ qui viendra s’ajouter au financement de Bpifrance, » nous a confié Morgane Rousselot, Pdg de SeaBelife. « Nous allons rentrer dans nos premières discussions avec des venture capitalistes ou des fonds corporate qui financent de la préclinique règlementaire et des phases cliniques 1. »

L’intoxication au paracétamol en ligne de mire

SeaBeLife dispose d’un portefeuille de plus de 50 molécules pertinentes et actives biologiquement ayant la spécificité unique d’inhiber deux formes de mort cellulaire régulées activées dans des conditions pathologiques (necroptose et ferroptose). Cette approche polypharmacologique est un vrai critère de différenciation par rapport à nombre de ses compétiteurs. L’entreprise dans sa quête de financements a toutefois choisi de se concentrer sur des pathologies aiguës du foie dans lesquelles elle a généré ses meilleures preuves d’efficacité. « Nous ciblons l’hepatotoxicité d’origine médicamenteuse et à titre principal sur l’intoxication au paracétamol, » nous a indiqué Morgane Rousselot. « A ce stade, nous avons sélectionné une molécule lead et nous devrions pouvoir démarrer les études de toxicité et de safety précliniques d’ici cet été. Ce qui nous laisse envisager, si tout se passe bien, le démarrage d’un essai clinique de phase I fin 2023, début 2024. » Le chemin est tracé et la pathologie ciblée étant classée maladie orpheline devrait permettre à l’entreprise de gagner en rapidité et en facilité d’exécution pour certaines étapes règlementaires. « Notre volonté est d’élargir après coup le recrutement des patients sur tous les types d’hépatotoxicité dans lesquelles nous aurons un mécanisme d’action de type necroptose ou ferroptose, » souligne Morgane Rousselot. Reste à trouver les investisseurs qui viendront rejoindre les business angels de la première heure (1). De quoi faire avancer le candidat phare mais aussi les autres pistes de SeaBelife qui a déjà priorisé la DMLA sèche comme seconde indication ciblée dans son pipeline avant les pathologies aiguës du rein et du cerveau.

(1). Breiz angels, Angels santé, BADGE, Welike, Ava capital.

Photo cover : Morgane Rousselot ©David-LevronBrest-metropole.

Les articles

Hypertension artérielle pulmonaire : Alsymo veut lever 4 à 5 M€

Créée début septembre, Alsymo ambitionne de proposer un nouvel actif pour un traitement transformant de l’HTAP, centré sur les mécanismes de remodelage vasculaire pulmonaire....

Radiothérapie Flash & Souveraineté sanitaire 

Il est rare que l’Edito Eco de France Inter évoque les avancées biomédicales ou encore les nouvelles thérapies. Aussi qu’elle ne fut pas notre...

Ibionext crée un « top-up fund » pour muscler ses start-ups

Le fonds d’investissement français Ibionext, cofondateur des 6 sociétés de santé dans lesquelles il est impliqué, annonce la création de ce qu’il appelle un...

JEITO CONFIRME SA THÈSE AVEC NEOGENE VENDUE 320 M$ À ASTRAZENECA

La belle nouvelle est tombée en milieu de semaine pour les équipes de Rafaèle Tordjmann. AstraZeneca acquiert la néerlandaise Neogene pour un montant total...

Deeptech : Biomemory, 5 M€ pour des teraoctets à foison

C’est une pépite dans le stockage de données dans l’ADN. La deeptech francilienne Biomemory créée voici un peu plus d’un an vient d’annoncer cette...

Sensome parée pour les premières ventes

Déjà 30 patients recrutés dans son essai clinique dont le démarrage a eu lieu en plein covid en Australie qui doit en inclure 100...

L’essentiel de la semaine du 28 novembre au 2 décembre 2022

Monde           L’Américaine iECURE boucle un tour A-1 de 65 M$ codirigé par Novo Holdings et LYFE Capital avec une participation importante des historiques Versant Ventures...

MEDSENIC, BIOSENIC : L’ESSENTIEL, C’EST LE PATIENT

Le reverse merger opéré entre Medsenic et Bone Therapeutics qui devient BioSenic consolide le déploiement d’une phase 2 « ALLOB » dans le traitement...

On refait l’actu des Healthtechs avec Sabine Dandiguian – Épisode 2

Soyez prêts à partager une vision inspirante de l’actualité en santé et à explorer la planète healthtech à travers le regard particulier d’une investisseuse...

15h Biotech Express

Sparing Vision, MedinCell

Sparing Vision avance. Ce  spécialiste de la thérapie génique en ophtalmologie a obtenu l’autorisation de conduire son premier essai clinique avec SPVN06, aux Etats-Unis....

AC Immune, Janssen pharmaceuticals, Sensome, Sensorion, iEcure

Un pas de plus contre alzheimer. La biotech suisse AC Immune (ACIU) et Janssen Pharmaceuticals s'entendent sur la sélection pour un développement ultérieur du...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page