dimanche 26 mai 2024

1073-27-05-2024

[ihc-hide-content ihc_mb_type="show" ihc_mb_who="4,5,6,7" ihc_mb_template="-1" ] [download id="207231"][/ihc-hide-content]
41,00 
0,00 €

Votre panier est vide.

Valeur d’entreprise : problème récurrent

(BIOTECHFINANCES N°986 Lundi 9 mai 2022) Pour qui suit les sciences du vivant sur les marchés, la surprise est constante. En effet, il existe une véritable décorrélation entre la manière de valoriser certaines de ces sociétés et leurs valeurs telles que perçues et acceptées par le marché. Comprenons-nous bien : il ne s’agit en aucun cas de stigmatiser tel ou tel, de délivrer des satisfécits ou des mauvais points, mais vraiment de comprendre comment un investisseur en sciences du vivant appréhende son investissement. Ainsi prenons l’exemple de deux sociétés dont nous tairons les noms. L’une, la société A, est riche d’un produit en phase II et en phase III dans des indications à l’incidence importante. Forte de plusieurs licences à travers le monde avec des laboratoires de taille moyenne et de paiements initiaux, elle est certes, toujours à la recherche d’un partenariat « majeur » avec un Big One, l’un de ces laboratoires du top 15. Et donc sa capitalisation tangente péniblement la centaine de millions d’euros. De l’autre côté, nous avons la société B, qui a développé une molécule particulièrement intéressante et qui multiplie les essais cliniques dans un spectre élargi d’indications avec des phases II et III, mais sans aucune relation avérée avec l’industrie pharmaceutique, pour l’instant. De plus, nous devons souligner des relations difficiles avec les autorités de régulation.

Une approche moins rationnelle qu’espérée

Malgré cette situation, le différentiel de valorisation entre ces sociétés est en faveur de la société B d’un facteur 5x. Une situation qui nous interpelle sur les éléments nécessaires pour ajuster une valorisation. En effet, traditionnellement, les éléments pris en compte sont la profondeur du pipeline, la capacité à nouer des accords avec l’industrie pharmaceutique, qui normalement valide le produit et la technologie, la qualité de la relation avec les agences réglementaires garantes du développement du ou des produits, le niveau de cash qui donne une mesure de la pérennité du projet. Voilà donc un certain nombre d’éléments non exhaustifs permettant d’appréhender la valeur d’un titre. Mais il semble bien que dans de nombreux cas, nous soyons dans une approche moins rationnelle qu’espérée, motivée par des sentiments ou des connivences (meilleure perception, niveau de conviction accrue, asymétrie d’information…) avec le projet. Ainsi, selon les métriques que nous venons d’évoquer, il y a fort à penser que la société A devrait voir sa valorisation au moins équivalente à celle de la société B. Comme toujours s’oppose à l’approche raisonnée, ce que nos amis anglo-saxons appellent le « Gut feeling ». Mais on peut difficilement subordonner les investissements sur un secteur donné au discours « je ne comprends pas ce qu’ils font, mais je sens que c’est bien ». Aujourd’hui, il est nécessaire de comprendre et de mieux appréhender les sciences du vivant.

S'abonner gratuitement au 15h Biotech Express :

Les articles

L’essentiel de la semaine du 20 au 24 mai 2024

Monde  (Suisse/Biotech/Obésité) - SixPeaks Bio sort du mode furtif avec un tour A de 30 M$ dirigé par l'investisseur fondateur Versant Ventures et une collaboration stratégique...

PHEON THERAPEUTICS SUR LA ROUTE DES ADC

La start-up britannique vient de réussir à lever 120 millions de dollars. Un montant conséquent qui lui permettra de poursuivre le développement de ses...

SANOFI : POUR QUI SONNE L’IA

Sanofi vient d’annoncer un partenariat avec deux firmes US, Formation Bio et surtout OpenAi, le développeur de ChatGPT, pour construire des logiciels afin d’accélérer...

JEITO, Hi BIO : TOUJOURS PLUS HAUT

Après le rachat fin 2022 de Neogene par AstraZeneca pour un montant de 320 M$ celui de Hi-BIO par Biogen pour 1,8 Md$ potentiels...

CEMENTIC : ÉRADIQUER LES BACTÉRIES EN DENTAIRE

Ce spécialiste des liposomes utilisés dans les ciments de comblement dentaire va lancer une étude clinique en 2025 avant de demander le marquage CE...

L’ASSOCIATION “TOUS EN SELLES CONTRE LA SLA” PARTENAIRE DE MAAT PHARMA POUR UN ESSAI CLINIQUE

L’association composée de patients atteints de la maladie de Charcot et de proches veut participer à développer les recherches sur les liens entre la...

BIOVENTURE BUILDING : IGNITER EUROPE ALLUME SES BOOSTERS

Après quasiment deux années d’opérations en mode furtif, Igniter Europe, co-dirigée par François Valencony et Venkat Reddy est entrée depuis peu dans la lumière....

Trois entrepreneurs, trois entreprises, trois approches thérapeutiques différentes, un seul objectif : vaincre l’AVC

BiotechFinances vous convie pour un webinaire exceptionnel qui réunira pour la première fois Gilles Avenard (CEO d’Acticor Biotech), Marc Dechamps (CEO de Bioxodes) et...

CANCER DU SEIN : EVEXTA BIO CHERCHE 35 M€ LA PHASE II DE SON FIRST-IN-CLASS

La biotech (ex-Diaccurate) a découvert un composé “exceptionnel” pour traiter le cancer du sein avancé, en particulier ceux avec des mutations de l’ESR1. Le...

15h Biotech Express

XGEN Venture, Allez Health, Gray Wolf Therapeutics, Radar Therapeutics

(Italie/Healthtech/Fonds) - XGEN Venture lance son premier fonds, XGEN Venture Life Science Fund, avec 160 M€ de souscriptions et un objectif de clôture à...

Biogen, HI-Bio, Jeito Capital, SixPeaks Bio, OSE Immunotherapeutics, Boehringer Ingelheim, En Carta Diagnostics

(États-Unis/Biotech/Maladies auto-immunes) – Biogen veut mettre la main sur Human Immunology Biosciences (HI-Bio) pour 1,8 Md$ avec un montant initial de 1,15 Md$ et...

Pheon Therapeutics, Progentos Therapeutics, Sanofi, Formation Bio, OpenAI, Valneva, ADDF, Coya Therapeutics, NFL biosciences

(Royaume-Uni/Biotech/ADC) - Pheon Therapeutics boucle un tour B de 120 M$  dirigé par TCGX suivi de BVF Partners, Lightspeed, Perceptive Advisors et des historiques...

GC Biopharma, Novel Pharma

(Corée du sud/Biotech/Sanfilippo) - GC Biopharma et Novel Pharma décrochent une IND de la FDA pour « GC1130A », un traitement qu’elles développent conjointement...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page

×