2.8 C
Paris
mardi 6 décembre 2022
0,00 €

Votre panier est vide.

- Publicité -spot_img

Valeur d’entreprise : problème récurrent

(BIOTECHFINANCES N°986 Lundi 9 mai 2022) Pour qui suit les sciences du vivant sur les marchés, la surprise est constante. En effet, il existe une véritable décorrélation entre la manière de valoriser certaines de ces sociétés et leurs valeurs telles que perçues et acceptées par le marché. Comprenons-nous bien : il ne s’agit en aucun cas de stigmatiser tel ou tel, de délivrer des satisfécits ou des mauvais points, mais vraiment de comprendre comment un investisseur en sciences du vivant appréhende son investissement. Ainsi prenons l’exemple de deux sociétés dont nous tairons les noms. L’une, la société A, est riche d’un produit en phase II et en phase III dans des indications à l’incidence importante. Forte de plusieurs licences à travers le monde avec des laboratoires de taille moyenne et de paiements initiaux, elle est certes, toujours à la recherche d’un partenariat « majeur » avec un Big One, l’un de ces laboratoires du top 15. Et donc sa capitalisation tangente péniblement la centaine de millions d’euros. De l’autre côté, nous avons la société B, qui a développé une molécule particulièrement intéressante et qui multiplie les essais cliniques dans un spectre élargi d’indications avec des phases II et III, mais sans aucune relation avérée avec l’industrie pharmaceutique, pour l’instant. De plus, nous devons souligner des relations difficiles avec les autorités de régulation.

Une approche moins rationnelle qu’espérée

Malgré cette situation, le différentiel de valorisation entre ces sociétés est en faveur de la société B d’un facteur 5x. Une situation qui nous interpelle sur les éléments nécessaires pour ajuster une valorisation. En effet, traditionnellement, les éléments pris en compte sont la profondeur du pipeline, la capacité à nouer des accords avec l’industrie pharmaceutique, qui normalement valide le produit et la technologie, la qualité de la relation avec les agences réglementaires garantes du développement du ou des produits, le niveau de cash qui donne une mesure de la pérennité du projet. Voilà donc un certain nombre d’éléments non exhaustifs permettant d’appréhender la valeur d’un titre. Mais il semble bien que dans de nombreux cas, nous soyons dans une approche moins rationnelle qu’espérée, motivée par des sentiments ou des connivences (meilleure perception, niveau de conviction accrue, asymétrie d’information…) avec le projet. Ainsi, selon les métriques que nous venons d’évoquer, il y a fort à penser que la société A devrait voir sa valorisation au moins équivalente à celle de la société B. Comme toujours s’oppose à l’approche raisonnée, ce que nos amis anglo-saxons appellent le « Gut feeling ». Mais on peut difficilement subordonner les investissements sur un secteur donné au discours « je ne comprends pas ce qu’ils font, mais je sens que c’est bien ». Aujourd’hui, il est nécessaire de comprendre et de mieux appréhender les sciences du vivant.

Les articles

Hypertension artérielle pulmonaire : Alsymo veut lever 4 à 5 M€

Créée début septembre, Alsymo ambitionne de proposer un nouvel actif pour un traitement transformant de l’HTAP, centré sur les mécanismes de remodelage vasculaire pulmonaire....

Radiothérapie Flash & Souveraineté sanitaire 

Il est rare que l’Edito Eco de France Inter évoque les avancées biomédicales ou encore les nouvelles thérapies. Aussi qu’elle ne fut pas notre...

Ibionext crée un « top-up fund » pour muscler ses start-ups

Le fonds d’investissement français Ibionext, cofondateur des 6 sociétés de santé dans lesquelles il est impliqué, annonce la création de ce qu’il appelle un...

JEITO CONFIRME SA THÈSE AVEC NEOGENE VENDUE 320 M$ À ASTRAZENECA

La belle nouvelle est tombée en milieu de semaine pour les équipes de Rafaèle Tordjmann. AstraZeneca acquiert la néerlandaise Neogene pour un montant total...

Deeptech : Biomemory, 5 M€ pour des teraoctets à foison

C’est une pépite dans le stockage de données dans l’ADN. La deeptech francilienne Biomemory créée voici un peu plus d’un an vient d’annoncer cette...

Sensome parée pour les premières ventes

Déjà 30 patients recrutés dans son essai clinique dont le démarrage a eu lieu en plein covid en Australie qui doit en inclure 100...

L’essentiel de la semaine du 28 novembre au 2 décembre 2022

Monde           L’Américaine iECURE boucle un tour A-1 de 65 M$ codirigé par Novo Holdings et LYFE Capital avec une participation importante des historiques Versant Ventures...

MEDSENIC, BIOSENIC : L’ESSENTIEL, C’EST LE PATIENT

Le reverse merger opéré entre Medsenic et Bone Therapeutics qui devient BioSenic consolide le déploiement d’une phase 2 « ALLOB » dans le traitement...

On refait l’actu des Healthtechs avec Sabine Dandiguian – Épisode 2

Soyez prêts à partager une vision inspirante de l’actualité en santé et à explorer la planète healthtech à travers le regard particulier d’une investisseuse...

15h Biotech Express

Abscint, Noshaq, Qbic, Bactobio, Biocom, Vaxxel

A Liège, Abscint lève 1M€. Le tour est piloté par Noshaq et Qbic, soutenus par UZ Brussel et rejoints par les nouveaux investisseurs Kazoku...

Sparing Vision, MedinCell

Sparing Vision avance. Ce  spécialiste de la thérapie génique en ophtalmologie a obtenu l’autorisation de conduire son premier essai clinique avec SPVN06, aux Etats-Unis....

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page