mercredi 17 avril 2024
0,00 €

Votre panier est vide.

- Publicité -spot_img

VETBIOLIX : VISE LA POLE POSITION DU REPOSITIONNEMENT VÉTÉRINAIRE

Matthieu Dubruque, co-fondateur et Président de Vetbiolix

(BiotechFinances n°997 lundi 12 septembre 2022) Le one-health a le vent en poupe et Vetbiolix entend se positionner comme l’un des acteurs de premier plan dans ce domaine. Cette biotech vétérinaire installée dans le bio incubateur d’Eurasanté à Lille vient d’annoncer une levée de fonds de 2,5 M€. Créée en 2018, elle s’est assurée le soutien de CapTech Santé qui est le pilote de ce tour suivi de Nord France Amorcage, Bpifrance et un pool de business angels. Vetbiolix s’est choisi trois axes stratégiques : le repositionnement à destination vétérinaire de molécules first in class initialement développées pour la santé humaine, la mise au point de dispositifs médicaux adaptés aux animaux de compagnie et enfin le déploiement de produits de soins vendus sans prescription pour les chiens et chats.

Les maladies parodontales et l’arthrose d’abord

L’essentiel du cash collecté sera consommé dans un premier temps pour l’avancement des candidats médicaments. Vetbiolix portera ses efforts sur les études cliniques preuve de concept d’un nouvel inhibiteur de la cathepsin-K chez le patient chien souffrant de maladie parodontale et d’un agoniste de l’adenosine A3 contre l’arthrose canine.  Pour les deux produits, la tolérance sera également testée chez le chat. Les choix collent précisément à la stratégie de sourcing de l’entreprise qui remporte un vif succès auprès des biotechs en santé humaine qu’elle approche. « Nous ciblons des candidats qui sont en toute fin de préclinique, idéalement déjà en clinique pour lesquels le package CMC a déjà été mené par nos partenaires, » souligne Matthieu Dubruque co-fondateur et président de Vetbiolix avec Matthieu Roquette, directeur général de l’entreprise. « Nos premiers résultats d’efficacité sont attendus pour fin 2023 début 2024 » ajoute de son côté Matthieu Roquette. Une prochaine levée de fonds est déjà envisagée en lien avec la réussite de ces prochaines étapes.

Matthieu Roquette, co-fondateur et CEO de Vetbiolix

Les DM et le Care en interne

En attendant, l’entreprise poursuit sa route et continue de remplir son pipeline de médicaments. Mais elle garde aussi la main sur les dispositifs médicaux en développant ses prototypes en interne et sur le care. Elle travaille, là encore, sur ses propres formulations et compte avancer ensuite vers la preuve de concept clinique. Au-delà, et dans tous les cas, Vetbiolix n’ira pas à la commercialisation. Elle entend, en effet, s’établir sur un modèle de licensing avec upfront, milesone et royalties sur les ventes. Une sécurité de plus dans son modèle « agile ».

Bon ou mauvais signal ?

Dans un climat qui depuis quelques temps semblait profitable aux M&A ce blocage temporaire peut donner l’effet d’un coup de froid et il faudra en observer les répercussions. Jusqu’alors le ciel des opérations de ce type était plutôt sans nuage. « Depuis le début de l’année, nous avons dénombré 22 rachats de biotech cotées aux Etats-Unis et en Europe, » souligne Khalid Deojee, analyste en sciences de la vie chez Bryan Garnier. « C’est un chiffre qui est au-dessus de ceux que nous avons observé depuis 2010. » A bien y regarder, la liste et les montants sont impressionnants : Amgen-Chemocentryx à 4 Mrds$, Pfizer-Global Blood Therapeutics à 5,4 Mrds$, Pfizer-Biohaven à 11,6 Mrds$, UCB-Zogenix à 1 Mrd$, les acquisitions d’IPSEN, d’Alcon et encore celle potentiellement annoncée de Merck sur Seagen pour un montant de 40 Mrds$. La ronde des M&A durera-t-elle ? « Ce que l’on constate, c’est que les cibles sont toutes dans le périmètre de la commercialisation, » note Khalid Deojee. Une nouvelle d’intérêt pour les biotechs françaises dans les phases les plus avancées comme l’est, potentiellement, MedinCell pour ne citer qu’elle.

Tensions sur le cash

Au-delà, tout le marché du capital pour nombre d’entreprises des sciences de la vie reste tendu et souffre toujours d’un manque de visibilité. Certes, mi-juin, le SBI a rebondi de plus de 50% par rapport « à ses plus bas », mais la fenêtre des IPO reste close et les investisseurs sont concentrés sur les valeurs sûres à l’instar des big pharma. « Au second quadrimestre, 50% des biotechs européennes avaient moins de 12 mois de cash devant elles et parmi elles, les Françaises sont sans doute parmi les plus touchées », reprend Khalid Deojee. « Malheureusement, nous observons que nos entreprises de biotech cotées lèvent en moyenne des fonds qui leur donnent un cash runway assez court, souvent d’une durée de 12-15 mois. C’est un phénomène qui les met très vite dans une situation précaire ». De fait, la tension est plus que jamais palpable et les directions opérationnelles s’ingénient à trouver des sources d’économies et de refinancement pour 6 à 18 mois supplémentaires. Onxeo s’extrayant de la cote américaine est un exemple parmi d’autres des ajustements qui participent à augmenter la zone de confort. « Au Danemark, Saniona a mis en pause son programme lead. En Suisse, Addex Therapeutics a aussi coupé momentanément dans ses développements pour préserver son cash-runway, » illustre Khalid Deojee.  De quoi alimenter un climat toujours plus anxiogène et nourri d’une incertitude grandissante qui alimente ce sentiment de fragilité de la santé et de ses acteurs les plus innovants.

S'abonner gratuitement au 15h Biotech Express :

Articles de la même catégorie

MEDICXI MISE 40 M$ SUR D3 BIO DANS SA COURSE CONTRE KRAS G12C

250 M$ levés depuis sa création en 2021 dont 60 M$ dans le tour A bouclé cette semaine. Décidément l’équipe de la biotech chinoise D3...

SENSORION LÈVE 15 M€ DE PLUS ET ÉTEND SA VISIBILITÉ JUSQU’À FIN 2025

La biotech montpelliéraine, pionnière dans les thérapies géniques ciblant les troubles de l’audition a reçu, en l’espace de 9 mois, quelque 100 M€ de...

BASILEA RÉSISTE AU REFUS DE LA FDA ET GAGNE SON APPROBATION

Le ceftobiprole (Zevtera) de Basiléa Pharmaceuticals vient de rejoindre la liste des molécules antibiotiques enregistrées auprès de la FDA. Cette céphalosporine de 5ème génération...

LA COURSE AUX IMPLANTS CÉRÉBRAUX

La recherche s’accélère dans le domaine des interfaces neuronales directes ou des interfaces cerveau-moelle épinière avec plusieurs essais cliniques en cours. La compétition s’exacerbe dans...

Double lift pour Addex et Neurosterix

Contourner les tensions de refinancement avec audace et agilité ! En début de semaine, Redx Pharma (REDX) a engagé un process d’annulation de sa cotation...

Kor lève 3,5 millions d’euros pour démocratiser le check-up santé

La start-up créée en septembre 2023 développe une plateforme capable d’analyser avec précision plus de 100 indicateurs de santé et de proposer un parcours...

OZEMPIC, LA MOLÉCULE MIRACLE QUI FAIT LE BUZZ

C’est une véritable folie qui semble avoir saisi la planète entière avec les molécules de la classe des analogues du GLP-1. On ne compte...

E-santé en Europe : le secteur prouve sa résilience et gagne en maturité

Le secteur, dynamique et porteur, a bien résisté à la chute généralisée des financements en 2023, particulièrement en France. Après une phase de surchauffe...

INVENTIVA EN EMBUSCADE POUR UN PODIUM MONDIAL

150 M$ à 200 M$ seront nécessaires au total pour déployer la phase III avec 950 patients pour Lanifibranor dans la Nash dont les résultats pourraient tomber dans...

15h Biotech Express

Caranx Medical, SpikImm

(Nice/Medtech/Cardiologie) - Caranx Medical réussit la première implantation au monde d'une valve cardiaque chez un animal avec assistance robotique. Cette opération a été réalisée...

MaaT Pharma, Phaxiam Therapeutics, Innate pharma, Cardiawave, KBI Biopharma

(Lyon/Biotech/Microbiome) – Pour MaaT Pharma (MAAT) les données de MaaT013 encouragent un essai pivot de Phase 3. Ce candidat utilisé pour traiter la maladie...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page

×