4.4 C
Paris
dimanche 29 janvier 2023
0,00 €

Votre panier est vide.

- Publicité -spot_img

HCS Pharma se finance en cryptomonnaie

Pressée, la biotech qui créé des organes en 3D prépare une cyberlevée et une entrée en Bourse pour accélérer son développement jusqu’à la greffe.

Le laboratoire nordiste HCS Pharma prépare ce printemps une levée de fonds de l’ordre de 5 à 7 M€, et dans la foulée une introduction en bourse à Francfort. Cette dernière opération sera réalisée grâce au rachat d’une société cotée, désormais sans activité, dont le nom n’est pas dévoilé à ce jour. Le but de la manœuvre pour la biotech française est d’accélérer dans l’engagement d’essais cliniques avec sa solution Biomimesys.

« La particularité de notre première levée, qui interviendra en avril, c’est qu’elle sera réalisée auprès d’investisseurs en cryptomonnaies. Ces investissements seront effectués via la plateforme edsx.ch », explique Nathalie Maubon, présidente-fondatrice et responsable scientifique de HCS Pharma. Un investissement en cryptomonnaie dans la biotech… Voilà un pari pour le moins osé !

Une cotation à la Bourse de Francfort

Concernant la coquille vide boursière achetée en Allemagne, qui portera in fine le nom de HCS Pharma et ses activités, Nathalie Maubon assume le choix de la rapidité et de l’efficacité. Son entreprise a obtenu un engagement de financement d’un montant de 20 M€ auprès du fonds luxembourgeois GEM. Or, l’accord entre les deux parties prévoit que cet argent, converti en parts de la société, ne peut être appelé que si HCS Pharma est « introduit en bourse sur une place nationale européenne. »

Sur le plan technologique, Biomimesys consiste en la reproduction d’une matrice extracellulaire, constituée d’un squelette solide intégrant des protéines d’adhésion sur lesquelles peuvent se fixer des cellules pour créer un tissu ou un organe en 3D, à l’échelle millimétrique. Cette technologie a été créée par la start-up rouennaise Celenys (aujourd’hui liquidée) dont HCS Pharma a racheté les brevets il y a quatre ans. « C’est une technologie prouvée et éprouvée, soutient Nathalie Maubon. Biomimesys est aujourd’hui utilisée par des laboratoires académiques pour les besoins de la recherche fondamentale et l’industrie cosmétique. Notre souhait, avec la levée de fonds et l’introduction en bourse, est de produire des essais cliniques qui permettront de prouver son absence de toxicité dans le cadre de thérapies cellulaires ou régénératrices pour le traitement de cancers. »

Le développement sur les cellules souches à Taïwan

En outre, à plus long terme, l’entreprise nordiste, qui a déjà levé 5 M€ en subvention et capital auprès de Nord France Amorçage (porté par le conseil régional des Hauts-de-France), Finovam gestion et Angels Santé, aimerait que Biomimesys puissent servir de support au développement d’organes à taille réelle pour permettre d’aller jusqu’à la greffe. « Dans un premier temps, notre volonté est de travailler autour des cancers, notamment du foie. Un travail est engagé en ce sens avec l’Institut du thorax de Nantes, partenaire du CHU de la ville », détaille la dirigeante de HCS Pharma.

Si la société entend rester ancrée à Lille afin d’y développer une activité industrielle pour la culture de plaques en 3D, elle envisage aussi une installation à Taïwan, où les normes éthiques d’utilisation des cellules souches sont plus souples qu’en France. « L’éthique faisant, le développement sera plus rapide en Asie qu’en Europe. Nous souhaitons cultiver à Taïwan des organes sur puces qui, suivant une technologie microfluidique, intègrent des vaisseaux permettant de véhiculer des médicaments avant d’aller plus loin encore », ambitionne l’entreprise nordiste qui, pour pousser la démarche à son terme devra poursuivre recherche et développement sur une période qu’elle estime « de 8 à 10 ans. »

Guillaume Mollaret

Les articles

La Cour des Comptes ausculte l’Inserm

La Cour des Comptes a publié le 23 janvier un rapport sur la gestion de l’Inserm (Institut National de Santé et de la Recherche...

Les 30 fonds santé généralistes les plus performants en 2022 accessibles à la commercialisation en France

Les fonds investis sur la santé intègrent des valeurs du secteur de la santé au sens large comme les sociétés pharmaceutiques, le matériel médical,...

MaaT Pharma : 2023 une année clef !

Les planètes s’alignent véritablement pour la lyonnaise MaaT Pharma. En 2022, les premières approbations règlementaires accordées par la FDA américaine et la TGA australienne...

Les fonds spécialisés sur les biotechnologies ont limité leurs pertes au deuxième semestre 2022

Après une première partie d’année durant laquelle ils avaient engrangé des performances très négatives, ils ont réussi à bénéficier de la reprise du secteur....

Iome Bio en quête de 20 M€ pour entrer en phase clinique

La biotech strasbourgeoise Iome Bio poursuit son développement, lequel s’accompagne nécessairement d’une quête d’argent frais. Axant sa recherche dans le secteur de l’immunothérapie, la...

L’essentiel de la semaine du 23 au 27 Janvier 2023

Coté   En Allemagne, la CDMO Evotec (EVT) signe un accord stratégique de collaboration et de licence avec Janssen Biotech pour le développement de thérapies...

Julier Medical : un aspirant inspiré contre l’AVC

Numéro 1 pour l'incapacité neurologique et deuxième cause de décès dans le monde, l’AVC est une cible privilégiée des medtechs. Nombre d’entre elles œuvrent...

ZOOM SUR TROIS PÉPITES EN PORTEFEUILLE

Censé détenir à terme 10 à 12 participations, le portefeuille de Lauxera Growth I en compte à ce jour huit. On y retrouve Lumicks...

L’AFFAIRE CENEXI

Le baptême à peine terminé, le directeur juste confirmé, certes plus rapidement que celui de l’AIS, l'association pour la production de biomédicaments en France...

15h Biotech Express

Grey Wolf Therapeutics, Andera Partners, Netris Pharma, Evotec, Carbios

Grey Wolf Therapeutics, clôture une série B de 49 M$. Ventures et Earlybird Venture Capital ont dirigé le tour suivis par les nouveaux entrants...

Lysogene, Deinove, Poxel, Innate pharma, Sanofi

Fin de sauvegarde et début de procédure redressement judiciaire pour Lysogene faute d’avoir trouvé une solution financière. Cette demande a été examinée et approuvée...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page