9.4 C
Paris
mardi 5 mars 2024
0,00 €

Votre panier est vide.

- Publicité -spot_img

LSP, 1 MD€ POUR UN 7e FONDS EUROPEEN… QUI DIT MIEUX ?

La société néerlandaise d’investissement LSP vient de clôturer son 7e fonds dédié aux sciences de la vie sur un montant record de 1 Md€. Ce qui fait de LSP 7, le plus important fonds capital-risque du secteur jamais levé en Europe. John de Koning, son general partner, nous dévoile ses cibles d’investissement privilégiées et son analyse du marché français.

BiotechFinances : Cette somme record de 1 Md€ dans quel type d’entreprises allez-vous l’investir ?

 John de Koning : Nous allons conserver notre modèle. Généralement, nous ciblons une quinzaine d’entreprises par fonds. Nous investissements seront majoritairement réalisés en Europe, pour 80% environ et 20% aux États-Unis. Nous investissons à tout stade de développement des sociétés. Environ 70%-80% de nos investissements sont opérés dans le secteur des biotech, quel que soit la pathologie adressée. Nous sommes très ouverts pour les 20-30% restants, qui sont investis dans le secteur des dispositifs médicaux ou du diagnostic.

BF : A combien se monte le ticket moyen de vos investissements ?

 John de Koning : Ce sera parfois plus, parfois moins, mais disons que, dans une fourchette large le montant moyen investi sera compris entre 25 et 100 M€.

BF : Cinq pharmas ont souscrit à LSP7, qui sont-elles ?

 John de Koning : Il s’agit de Bristol Myers Squibb (BMS), qui nous fait confiance depuis 2015 ; des laboratoires japonais Otsuka Pharmaceuticals ; Astellas Pharma et Asahi Kasei ; ainsi que du laboratoire chinois Qilu Pharma.

BF : Le marché français représente-t-il un vivier d’investissements ?

 John de Koning : Nous sommes attentifs au marché français, comme au reste de l’Europe et au Royaume-Uni. Parce que nous investissons dans une quinzaine d’entreprises par fonds, il y a forcément un à trois investissements en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Espagne, en Belgique ou en Italie. Avec LSP 6, nous avons par exemple pris des participations dans deux sociétés françaises Amolyt Pharma (Alyzé Pharma) et DNA Script.

BF : Vous êtes entré avec LSP 7 au capital d’Egle Therapeutics*, quel regard portez-vous sur les biotechs françaises ?

 John de Koning : Il évolue positivement. Pour être honnête, il y a cinq ans encore, nous n’étions pas vraiment impressionnés par sa maturité. Attention, la recherche était de bon niveau mais le nombre d’entreprises en mesure de franchir un cap était limité. Les choses ont, nous le pensons, évolué vers le mieux et nous attendons beaucoup du marché français car le niveau de recherche est très bon et qu’il y a des exemples d’entreprises financées qui ont été en mesure de montrer qu’elles étaient en capacité de développer des produits prometteurs. Cette observation ne vaut pas seulement pour la France, mais de nombreux pays européens, notamment les Pays-Bas. Les choses ont tendance à s’accélérer.

BF : A quoi attribuez-vous cette évolution de l’écosystème ?

 John de Koning : Prenons l’exemple de la Belgique. Si ses biotechs sont plus mâtures, ce n’est pas parce que les scientifiques se sont améliorés mais parce que des investissements importants ont été mis plus tôt au service des entreprises. Il y a aussi un tissu industriel et un écosystème propice, avec notamment la présence de UCB et Jansen (Johnson & Johnson).

BF : Dès lors, pourquoi ne pas investir davantage en amorçage ?

 John de Koning : Parce que nous voulons être certains que les entreprises dans lesquelles nous investissons sont prêtes à recevoir le capital que nous souhaitons apporter. Cela arrive cependant que nous investissions très en amont des projets mais il faut que plusieurs conditions soient réunies. Plus souvent, nous sommes ouverts à la discussion avec les start-up, si elles sont en quête de conseil. Nous échangeons sur leurs perspectives, puis décidons de nous revoir dans les deux ou trois années qui suivent afin de faire un point.

BF : Quid de la valorisation des entreprises françaises au regard des biotechs européennes ?

 John de Koning : Il y a une grande différence entre les entreprises européennes et américaines mais pas vraiment au sein de l’Europe, exception faite de la Grande-Bretagne où les valorisations sont un peu supérieures. C’est aussi lié au fait que beaucoup de capitaux y sont disponibles. Il en va de même pour la nature du management.

BF : Que pensez-vous des managers en Europe ?

 John de Koning : Le profil des dirigeants, qui restent souvent les fondateurs, est à peu près le même partout. La différence, par rapport à il y a quelques années, c’est l’expérience de ces dirigeants. On le constate dans nos investissements : à peu près un tiers de ceux-ci sont opérés dans des sociétés où les fondateurs n’en sont pas à leur première expérience d’entrepreneur.

 

Les articles

Interview de Jacques-Bernard Taste – Healthtech Accelerations Summit 2024

Venez fêter les 25 ans de BiotechFinances en participant au Healthtech Accelerations Summit, le 27 Juin 2024 à Lyon Une rencontre mythique entre ceux qui...

OSE-230 : le bébé blockbuster qui a séduit AbbVie

Un partenariat industriel de plus de 713 M$ pour OSE Immunotherapeutics (OSE) qui en a déjà deux autres en cours avec Boehringer Ingelheim et Veloxis...

Biomunex prend le contrôle de ses anticorps spécialisés en immuno-oncologie

La biopharma française Biomunex Pharmaceuticals annoncera, lundi 4 mars, la signature d’un accord exclusif de licence et d’exploitation avec l’Institut Curie, en vue d’obtenir...

L’essentiel de la semaine du 26 au 29 février 2024

Monde (Suisse/Biotech/maladies inflammatoires) - La FDA et l'Agence européenne des médicaments soutiennent à l'unanimité l'approche proposée par MoonLake Immunotherapeutics pour faire progresser son programme de...

PulseSight entre dans la lumière avec des actifs avancés contre la DMLA

La vie des biotechs n’est pas un long fleuve tranquille, mais dans certains cas la résurrection des actifs réamorcés montre que rien n’est jamais...

Peptinov : 2 phases 2 et un tour qui vient !

Les résultats positifs de phase 1 et sa dernière levée de fonds vont permettre à la biotech fondée en 2009 de poursuivre le développement...

 VALSE HÉSITATION 

904,2 millions d’euros, voilà le montant de l’enveloppe de crédits pour la recherche qui a été rayée d’un trait de plume jeudi 22 février, par...

Avatar se rêve en « Pixar » de l’imagerie médicale

Capable de transformer en quelques secondes des images médicales en « jumeau numérique » d’un patient, la medtech franco-américaine lève 5 M€ en amorçage pour...

Programme des webinaires

Nous mettons à jour régulièrement le programme, un mail vous sera envoyé à chaque nouveau webinaire programmé ! Qui ? Quand ? Où ? Trois entrepreneurs, trois entreprises,...

15h Biotech Express

BioNTech

(Etats-Unis Allemagne/Biotech/Vaccin) – Lancement d’un recours collectif contre BioNTech, l'entreprise qui a co-développé le vaccin COVID-19 avec Pfizer. Cette « class action », pilotée...

Coave Therapeutics, Orbis Medicines, Aktiia, Redi Health

(Paris/Biotech/SLA) - Coave Therapeutics décroche une subvention de 483,3 K€ auprès de l’ Association ALS qui soutient l’avancement de nouvelles thérapies pour le traitement...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page

×