3 C
Paris
dimanche 4 décembre 2022
0,00 €

Votre panier est vide.

- Publicité -spot_img

LSP, 1 MD€ POUR UN 7e FONDS EUROPEEN… QUI DIT MIEUX ?

La société néerlandaise d’investissement LSP vient de clôturer son 7e fonds dédié aux sciences de la vie sur un montant record de 1 Md€. Ce qui fait de LSP 7, le plus important fonds capital-risque du secteur jamais levé en Europe. John de Koning, son general partner, nous dévoile ses cibles d’investissement privilégiées et son analyse du marché français.

BiotechFinances : Cette somme record de 1 Md€ dans quel type d’entreprises allez-vous l’investir ?

 John de Koning : Nous allons conserver notre modèle. Généralement, nous ciblons une quinzaine d’entreprises par fonds. Nous investissements seront majoritairement réalisés en Europe, pour 80% environ et 20% aux États-Unis. Nous investissons à tout stade de développement des sociétés. Environ 70%-80% de nos investissements sont opérés dans le secteur des biotech, quel que soit la pathologie adressée. Nous sommes très ouverts pour les 20-30% restants, qui sont investis dans le secteur des dispositifs médicaux ou du diagnostic.

BF : A combien se monte le ticket moyen de vos investissements ?

 John de Koning : Ce sera parfois plus, parfois moins, mais disons que, dans une fourchette large le montant moyen investi sera compris entre 25 et 100 M€.

BF : Cinq pharmas ont souscrit à LSP7, qui sont-elles ?

 John de Koning : Il s’agit de Bristol Myers Squibb (BMS), qui nous fait confiance depuis 2015 ; des laboratoires japonais Otsuka Pharmaceuticals ; Astellas Pharma et Asahi Kasei ; ainsi que du laboratoire chinois Qilu Pharma.

BF : Le marché français représente-t-il un vivier d’investissements ?

 John de Koning : Nous sommes attentifs au marché français, comme au reste de l’Europe et au Royaume-Uni. Parce que nous investissons dans une quinzaine d’entreprises par fonds, il y a forcément un à trois investissements en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Espagne, en Belgique ou en Italie. Avec LSP 6, nous avons par exemple pris des participations dans deux sociétés françaises Amolyt Pharma (Alyzé Pharma) et DNA Script.

BF : Vous êtes entré avec LSP 7 au capital d’Egle Therapeutics*, quel regard portez-vous sur les biotechs françaises ?

 John de Koning : Il évolue positivement. Pour être honnête, il y a cinq ans encore, nous n’étions pas vraiment impressionnés par sa maturité. Attention, la recherche était de bon niveau mais le nombre d’entreprises en mesure de franchir un cap était limité. Les choses ont, nous le pensons, évolué vers le mieux et nous attendons beaucoup du marché français car le niveau de recherche est très bon et qu’il y a des exemples d’entreprises financées qui ont été en mesure de montrer qu’elles étaient en capacité de développer des produits prometteurs. Cette observation ne vaut pas seulement pour la France, mais de nombreux pays européens, notamment les Pays-Bas. Les choses ont tendance à s’accélérer.

BF : A quoi attribuez-vous cette évolution de l’écosystème ?

 John de Koning : Prenons l’exemple de la Belgique. Si ses biotechs sont plus mâtures, ce n’est pas parce que les scientifiques se sont améliorés mais parce que des investissements importants ont été mis plus tôt au service des entreprises. Il y a aussi un tissu industriel et un écosystème propice, avec notamment la présence de UCB et Jansen (Johnson & Johnson).

BF : Dès lors, pourquoi ne pas investir davantage en amorçage ?

 John de Koning : Parce que nous voulons être certains que les entreprises dans lesquelles nous investissons sont prêtes à recevoir le capital que nous souhaitons apporter. Cela arrive cependant que nous investissions très en amont des projets mais il faut que plusieurs conditions soient réunies. Plus souvent, nous sommes ouverts à la discussion avec les start-up, si elles sont en quête de conseil. Nous échangeons sur leurs perspectives, puis décidons de nous revoir dans les deux ou trois années qui suivent afin de faire un point.

BF : Quid de la valorisation des entreprises françaises au regard des biotechs européennes ?

 John de Koning : Il y a une grande différence entre les entreprises européennes et américaines mais pas vraiment au sein de l’Europe, exception faite de la Grande-Bretagne où les valorisations sont un peu supérieures. C’est aussi lié au fait que beaucoup de capitaux y sont disponibles. Il en va de même pour la nature du management.

BF : Que pensez-vous des managers en Europe ?

 John de Koning : Le profil des dirigeants, qui restent souvent les fondateurs, est à peu près le même partout. La différence, par rapport à il y a quelques années, c’est l’expérience de ces dirigeants. On le constate dans nos investissements : à peu près un tiers de ceux-ci sont opérés dans des sociétés où les fondateurs n’en sont pas à leur première expérience d’entrepreneur.

 

Les articles

Hypertension artérielle pulmonaire : Alsymo veut lever 4 à 5 M€

Créée début septembre, Alsymo ambitionne de proposer un nouvel actif pour un traitement transformant de l’HTAP, centré sur les mécanismes de remodelage vasculaire pulmonaire....

Radiothérapie Flash & Souveraineté sanitaire 

Il est rare que l’Edito Eco de France Inter évoque les avancées biomédicales ou encore les nouvelles thérapies. Aussi qu’elle ne fut pas notre...

Ibionext crée un « top-up fund » pour muscler ses start-ups

Le fonds d’investissement français Ibionext, cofondateur des 6 sociétés de santé dans lesquelles il est impliqué, annonce la création de ce qu’il appelle un...

JEITO CONFIRME SA THÈSE AVEC NEOGENE VENDUE 320 M$ À ASTRAZENECA

La belle nouvelle est tombée en milieu de semaine pour les équipes de Rafaèle Tordjmann. AstraZeneca acquiert la néerlandaise Neogene pour un montant total...

Deeptech : Biomemory, 5 M€ pour des teraoctets à foison

C’est une pépite dans le stockage de données dans l’ADN. La deeptech francilienne Biomemory créée voici un peu plus d’un an vient d’annoncer cette...

Sensome parée pour les premières ventes

Déjà 30 patients recrutés dans son essai clinique dont le démarrage a eu lieu en plein covid en Australie qui doit en inclure 100...

L’essentiel de la semaine du 28 novembre au 2 décembre 2022

Monde           L’Américaine iECURE boucle un tour A-1 de 65 M$ codirigé par Novo Holdings et LYFE Capital avec une participation importante des historiques Versant Ventures...

MEDSENIC, BIOSENIC : L’ESSENTIEL, C’EST LE PATIENT

Le reverse merger opéré entre Medsenic et Bone Therapeutics qui devient BioSenic consolide le déploiement d’une phase 2 « ALLOB » dans le traitement...

On refait l’actu des Healthtechs avec Sabine Dandiguian – Épisode 2

Soyez prêts à partager une vision inspirante de l’actualité en santé et à explorer la planète healthtech à travers le regard particulier d’une investisseuse...

15h Biotech Express

Sparing Vision, MedinCell

Sparing Vision avance. Ce  spécialiste de la thérapie génique en ophtalmologie a obtenu l’autorisation de conduire son premier essai clinique avec SPVN06, aux Etats-Unis....

AC Immune, Janssen pharmaceuticals, Sensome, Sensorion, iEcure

Un pas de plus contre alzheimer. La biotech suisse AC Immune (ACIU) et Janssen Pharmaceuticals s'entendent sur la sélection pour un développement ultérieur du...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page